Pour voir ce contenu, acceptez les cookies

Pour voir ce contenu, acceptez les cookies

Le niveau de vie des Malgaches s’est dégradé depuis les années 60, moment où la Grande Île a accédé à l’indépendance. C’est ce qu’indique un article publié au mois de décembre par Géopolis.

Pour voir ce contenu, acceptez les cookies

La bonne nouvelle, c’est qu’on en est de plus en plus conscient depuis notamment la publication de « Economie politique de Madagascar », un ouvrage dans lequel Mireille Razafindrakoto, François Roubaud et Jean-Michel Wachsberger analysent ce fameux paradoxe de Madagascar.

Au niveau de la population, certains commencent à se laisser imaginer à quoi Madagascar aurait ressemblé s’il n’avait pas accédé à l’indépendance et était resté une « île française ».

Effectivement, lorsqu’on voit à quoi la capitale Antananarivo ressemblait dans les années 50, juste avant l’indépendance, et que l’on compare cela à la dégradation actuelle de la ville, on peut en tirer quelques arguments en faveur du colonialisme. A cela s’ajoute le rayonnement de La Réunion, notre île voisine, qui est restée française.

Mais il y a un autre aspect de la colonisation que ceux qui ne l’on pas vécue oublient parfois (et que cette vidéo archivée par l’INA nous rappelle) et qui justifie tout à fait la lutte pour l’indépendance.