Voici la traduction en français de la déclaration de Rajaonarimampianina

0
826
(Archive) By Chatham House [CC BY 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons
Mes chers compatriotes,
Face aux événements du samedi 21 avril, à Antananarivo, qui ont, une fois encore, tué et blessé des Malagasy, je m’incline respectueusement devant les victimes, et présente mes sincères condoléances à leurs familles. Par ailleurs, je souhaite un prompt rétablissement aux blessés, civils et membres des forces de l’ordre.
J’exhorte tous les malagasy à garder leur calme.
A Madagascar, nous respectons et vivons la démocratie, toutefois, la tournure des événements de ce samedi est tout à fait caractéristique d’un coup d’état.
De 1972 à 2009, notre pays a souffert des mouvements de rues et de leurs conséquences. Des centaines de nos compatriotes et de nos enfants ont perdu la vie, tandis que d’autres en portent toujours les séquelles. Les pertes ont été énormes pour l’économie et l’emploi, et, jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons de cesse de reconstruire. Beaucoup a été fait, et l’Etat que je dirige s’attèle à poursuivre ce qui a été entamé pour améliorer les conditions de vie de la population.
Madagascar est un Etat de droit. Aussi, je lance une mise en garde ferme aux fomenteurs de troubles, à tous ceux qui incitent à la haine, qui voudraient faire couler le sang et faire perdre la vie à des innocents, ou à faire porter des séquelles à nos enfants : l’Etat prendra ses responsabilités.
Les forces de l’ordre se dresseront pour défendre la légalité et les institutions démocratiques, ainsi que pour la défense des personnes et de leurs biens. Il faut cesser de sacrifier le peuple et de se jouer des forces de l’ordre, nous devons avoir à l’esprit les intérêts des millions de nos compatriotes qui n’aspirent qu’au progrès et à la paix.
Je voudrai aussi m’adresser aux journalistes en particulier : ayez toujours conscience de votre rôle en matière d’éducation et d’information. Ne vous laissez pas instrumentaliser par les tenants des menées subversives, ou, pire, devenir des incitateurs au non-respect des lois et à la rébellion. Ayez toujours à l’esprit la noble mission d’éducateurs qui est la vôtre.
Nous devons tous reconnaître qu’un coup d’état ne sera jamais la solution pour l’avenir de notre pays.
Pour ma part, en tant que Président de tous les Malagasy, je serai toujours soucieux, au plus haut point, des intérêts supérieurs de la Nation, étant un chef d’Etat ouvert au dialogue.
Notre œuvre commune pour le développement se poursuit.
La Patrie est sacrée, que Dieu nous bénisse.