La jeunesse Malgache ne veut plus se contenter d’être spectatrice pendant que la Grande Île tombe en ruine. Et elle le fait savoir sur les réseaux sociaux. Ce matin, des artistes malgaches ont initié un nouveau mouvement sur Facebook en lançant ce clip où ils répètent le slogan « leo dinosaure, mila fiovana » (« nous en avons assez des dinosaures, nous voulons du changement »), interrompu par des paroles de slam du présentateur de l’émission Clash Info, une émission TV où l’on présente l’info en freestyle et avec un ton naturellement décalé.

Dans ses paroles, le slammeur enchaîne les revendications en ciblant les différents acteurs du pays, comme les dirigeants, les chefs d’églises (qui sont devenus des acteurs en politique malgré la laïcité officielle de l’Etat) et demande même que la jeunesse soit mieux représentée.

Avec le hashtag #LDMF, le clip est en train d’envahir les réseaux sociaux.

Et si vous pensez que ces revendications ne sont pas légitimes, détrompez-vous. Il y a quelques semaines, Harinjaka Ratozamanana, un des pionniers de l’innovation et de l’écosystème start-up à Madagascar, s’interrogeait sur les réseaux sociaux :

« Madagascar parmi les pays les plus jeunes au monde. La moyenne d’âge de la population sur la grande île est de 19,2 ans (Source: CIA Fact Book 2014). Combien y a-t-il de jeunes parlementaires à Madagascar ? ».

Voilà pour la légitimité. Après, il faut savoir que cette implication des jeunes dans la vie politique à Madagascar fait partie d’un mouvement plus global, que ce soit en Afrique ou dans les pays occidentaux.

Aux Etats-Unis, par exemple, le jeune fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, ne cache plus ses ambitions de devenir un jour président des USA.

LEAVE A REPLY