Alors que dans les autres parties du monde, le décret anti-immigration de Donald Trump est condamné, les pays africains sont restés assez silencieux sur le sujet.

Mais ce silence a enfin été brisé, lors du dernier sommet de l’Union Africaine, où le chef d’Etat Malgache était présent.

En effet, lors de son dernier discours, la présidente de la Commission de l’Union Africaine sortante, Nkosazana Dlamini-Zuma, a déclaré : « Nous entrons dans une époque très tumultueuse. Le pays même vers lequel tant de nos ressortissants ont été conduits comme esclaves durant la traite transatlantique a décidé d’interdire les réfugiés venant de certains de nos pays. Que faire face à cela? C’est l’un des plus grands défis lancés à notre unité et notre solidarité ».

Pour rappel, le décret de Donal Trump interdit l’entrée sur le territoire américain des citoyens de 7 pays à majorité musulmanes, dont 3 pays africains.

Présent au sommet, le nouveau secrétaire général de l’ONU s’est également exprimé sur le sujet, mais de manière plus implicite : « Les pays africains sont parmi les plus généreux envers les réfugiés. Les frontières africaines restent ouvertes pour ceux qui ont besoin de protection, quand tant de frontières se ferment, même dans certains des pays les plus développés au monde ».

Pour rappel, le décret anti-immigration de Trump a été signé après celui contre l’avortement qui, comme nous l’expliquions il y a quelques jours, risque d’avoir un impact inquiétant sur Madagascar.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here