SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER !

Lorsque mes amis me demandent depuis quand je tiens ce blog et que je réponds « un an et quelques mois », on s’étonne toujours. Mais le fait est que moi-même j’oublie parfois que Le Blog de Madagascar est un très jeune blog. Car écrire chaque jour sur ce pays, trouver les initiatives qui méritent VRAIMENT qu’on en parle, m’a permis de mieux le connaitre.

Et à mon avis, je pense qu’involontairement, j’ai lancé le Blog de Mada au bon moment. Car 2016 a été une année bouillonnante de bonnes idées, d’initiatives nouvelles et de créativité.

Ce constat, il est partagé par de nombreux jeunes entrepreneurs que j’ai eus le privilège de rencontrer en 2016. Et il semblerait que dans la culture aussi, les gens commencent enfin à se réveiller.

C’est ce qu’écrit aujourd’hui le blogueur malgache « deckaps », un passionné de culture, dans son billet. « 2016 a été une année riche en initiatives culturelles, écrit-il. Des festivals, des révélations, de nouveaux domaines qui se sont imposés comme faisant maintenant partie du paysage culturel malgache … autant d’initiatives qui méritent d’être applaudies ».

Sur son blog, Deckaps parle de films, de photographie, parfois de musique. Vivant à Madagascar, il a arrêté de regarder la télévision en 2013. « […] ma télé à moi ce sont ces scènes érigées en pleine ville, dans des ruelles, autour d’un feu … et j’y ai vu une multitude d’artistes que le confort de mon canapé et ma télé ne m’ont jamais permis de connaître ».

Il est vrai que le contenu proposé à la télévision malgache ne satisfait plus vraiment une partie de la population. Et des statistiques suggèrent aujourd’hui que même dans pays pauvre comme Madagascar, l’audience des canaux numériques (aux contenus plus diversifiés) est en train monter tandis que celle de la télévision unilatérale baisse progressivement.

L’année dernière, le collectif d’artistes « Dago Team’Zara »  avait déchaîné les passions sur les réseaux sociaux en critiquant ouvertement ce qu’on appelle communément le « matraquage ».

Cité par l’Express de Madagascar, le joueur de valiha Rajery avait vivement critiqué ce système qui impose « droits de diffusion coûteux, négligeant les plus méritants qui ne peuvent pas se les payer pour faire passer leurs créations dans les médias ».

Dans la Grande Île, les meilleurs artistes ne sont pas diffusés à la télévision. Pour les écouter, il faut effectivement aller dans des petits oasis comme Is’Art Gallery, Chill Out Café et d’autres lieux de concerts gratuits  à Antananarivo.

Progressivement, ces endroits sont devenus les lieux de rendez-vous de la population branchée, celle qui ne regarde plus la télévision que pour les infos (et encore, les médias en ligne se développent aussi à une vitesse phénoménale).

« Des artistes méritants, qui font des œuvres vraiment innovantes, sans ctrl+C/ctrl+V … »

« Les initiatives commencent à étendre leur cible, leur public, écrit Deckaps plus loin. Et c’est ce dévouement que j’admire chez ces acteurs culturels. Si avant, l’idée était d’attendre les propositions du gouvernement … maintenant ils passent à l’action. Avec ou sans le soutien de l’État, les projets se font. Et c’est surement la plus grande décision que la culture a eu raison de prendre pendant l’année 2016. Une mentalité que chaque malgache devrait avoir »

Pour rendre hommage à ce Madagascar qui bouge, et qui pourrait enclencher la renaissance culturelle en 2017, le blogueur a réalisé une série de vidéos dans laquelle les « acteurs culturels » de Madagascar souhaitent bonne année et s’expriment librement. Le tournage a duré un mois. La série, intitulée « Les vœux de la culture », compte une soixantaine d’intervenants. Le premier épisode est déjà en ligne. Magnifique !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here