Home Startup & Innovation Tolotra étudie au Harvard africain. Son rêve, c’est le gouvernement

Tolotra étudie au Harvard africain. Son rêve, c’est le gouvernement

0
Tolotra étudie au Harvard africain. Son rêve, c’est le gouvernement

Alors que les prochaines élections approchent à Madagascar, les futurs candidats commencent petit à petit à se manifester. Mais une tranche de la population semble attendre un nouveau leadership, une nouvelle génération qui la fera oublier tous les tourments que le pays a vécu depuis son accès à l’indépendance.

Dans l’ombre, de nombreux jeunes se préparent (pas pour 2018, mais pour le long terme). Et une fois qu’ils seront prêts, leurs visions pourraient tout disrupter à Madagascar, peut-être d’ici une dizaine d’année.

Tolotra fait partie de ces jeunes qui ambitionnent un jour de prendre les commandes de Madagascar. Mais pour le moment, il est encore occupé à étudier au « Harvard de l’Afrique », le surnom que les médias donnent à l’African Leadership University.

Si vous n’en avez jamais entendu parler, c’est parce que c’est une université toute nouvelle, mais qui pourrait changer beaucoup de choses en Afrique.

En effet, l’idée est de former la nouvelle génération de leaders africains, avec un style inspiré des écoles de la Ivy League aux USA. Cependant, les campus se trouvent sur le continent et les frais sont nettement plus abordables.

Actuellement, l’ALU a deux campus, sur l’Île Maurice et au Rwanda. Et il y a au moins deux étudiants malgaches qui se forment dans cette nouvelle école de leadership, dont le jeune Tolotra.

Ce jeune passionné d’électronique n’aurait pas pu entrer à l’ALU par ses propres moyens. Mais grâce à une bourse de la Foundation For African Leadership, il a pu poursuivre ses rêves.

« Sans la bourse, je ne serais pas capable de développer mon potentiel et d’être où je suis aujourd’hui. Je crois que mon exposition aurait encore été limitée : de l’opportunité d’étudier l’ingénierie et de poursuivre ma passion pour la construction de robots et de drones. Une éducation de bonne qualité coûte cher. Je viens d’une famille à revenu moyen mais j’ai une grande ambition. Cette bourse m’aide à me rapprocher de mes objectifs, ce que ma famille ne serait pas capable de soutenir par elle-même », écrit-il dans une FAQ du programme.

Etudier à l’ALU était important pour lui car cette école « a l’ambition de s’attaquer au problème d’un système éducatif qui ne prépare pas les étudiants à un monde en mutation rapide. Pour créer le changement, nous devons devenir plus innovants ».

Après son diplôme, Tolotra prévoit de continuer à poursuivre l’ingénierie et sa passion pour la construction de robots ainsi que l’intelligence artificielle et utiliser tout cela pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans la société.

Mais dans ses rêves les plus fous, il souhaite un jour devenir membre du gouvernement malgache. « Je veux faire un impact au-delà du domaine de la science. Je vise à être un leader qui aide mon pays, Madagascar, à atteindre le niveau de vie adéquat standard pour chaque citoyen. Pour cela, j’espère être un jour leader au gouvernement de Madagascar ». Une bonne nouvelle lorsqu’on sait que beaucoup de Malgaches dans sa situation restent à l’étranger une fois leurs études terminées.

Mais pour le moment, il est aussi occupé à développer une machine qui permettrait aux malentendants d’apprécier de la musique.

Sinon, voici une vidéo qui vous aidera à mieux comprendre ce qu’est l’ALU.