Après les affrontements du 21 avril, les force de l’ordre ont laissé les manifestants menés par les députés de l’opposition utiliser le parvis de l’Hôtel de Ville à Antananarivo.

Ce mercredi, la manif était cependant assez particulière. En effet, après avoir dénoncé le nouveau code électoral (prévu régir l’élection présidentielle de 2018), les députés de l’opposition réclament désormais la démission du Président de la République.

Ainsi, accompagnés des manifestants qui s’étaient réunis sur la place du 13 mai à Analakely, ces députés ont marché vers le siège de la Haute Cour Constitutionnelle afin de déposer une requête « aux fins de déchéance du Président de la République ».

Les manifestants avaient également prévu de marcher vers le tribunal à Anosy pour déposer une plainte contre les responsables des forces de l’ordre, suite aux affrontements qui ont fait 2 morts (selon le bilan de l’exécutif). Mais finalement, ils ont décidé de reporter cela à un moment plus opportun.

Ainsi, après avoir déposé la requête de déchéance du président, les manifestants sont revenus à l’Hôtel de Ville pour écouter les rapports des députés. Et selon ces derniers, au moins 100 000 manifestants ont marché avec eux vers la Haute Cour Constitutionnelle. Les organisateurs auraient utilisé un drone pour le comptage.

A Madagascar, on n’a pas l’habitude de compter les manifestants. Et au moment où j’écris, ce nombre n’a pas encore été « officiellement » contesté.