Home Musiques L’incroyable comeback de Mota Soa, l’une des plus grandes musiciennes malgaches de sa génération

L’incroyable comeback de Mota Soa, l’une des plus grandes musiciennes malgaches de sa génération

0
L’incroyable comeback de Mota Soa, l’une des plus grandes musiciennes malgaches de sa génération

Avec un piano, ses doigts sont magiques. Sa voix enchante. En 2014, elle avait déjà percé sur la scène malgache, avec sa musique qui rappelle parfois du Silo et parfois de l’Emily Simons.

Le talent de Mota était reconnu à Madagascar et même à l’international. Sur la vidéo ci-dessus, elle chante avec le rappeur mozambicain Simba. Elle avait également fait le buzz grâce à un Remix de Fallin’ d’Alicia Keys qu’elle a soumis à un concours de musique organisé en ligne sur une plateforme américaine. Mota Soa a également été “la récipiendaire de la bourse UNESCO ASCHBERG 2013, décernée par MUSIQUE MULTI-MONTREAL en partenariat avec le Conseil des Arts et des Lettres du Québec”.

Puis, en 2014, elle a disparu des radars. Aujourd’hui, dans une interview parue sur Midi Madagasikara, elle explique pourquoi elle a subitement arrêté.

« J’étais censée faire un spectacle au CGM, en décembre 2014. Mais j’ai laissé mon public en plant car on m’avait embarquée pour m’emmener à l’hôpital… psychiatrique », lit-on dans l’interview. Passée par Soavinandriana puis par Anjanamasina, Mota aurait été diagnostiquée maniaque et bipolaire.

A sa sortie de l’hôpital, elle décide de rester à l’écart « de la scène », à cause de la honte et de la culpabilité.

Comeback

Aujourd’hui, Mota semble remise de cet épisode triste de sa vie et parle même de réconciliation avec son passé. Demain, elle se produira à nouveau au CGM (le même endroit où elle a laissé son public en plant) pour faire un « One Woman Show ».

Une occasion de raconter son histoire, mais également de soutenir les personnes qui, comme elle, ont souffert de maladie mentale. « En racontant mon vécu, j’aimerais vous rappeler que la vie est belle, qu’elle est courte et qu’il faut en profiter », lit-on dans cette interview avec Mota Soa sur Midi Madagasikara.