L’Etat annonce un Fonds de 200 milliards d’ariary pour les jeunes entrepreneurs

Mercredi, le gouvernement s’est réuni en conseil des ministres. Et en plus du limogeage de plusieurs ambassadeurs, un Fonds de 200 milliards d’ariary a également été évoqué.

Les détails sont expliqués dans un communiqué de la Présidence :

« Face aux difficultés sociales rencontrées par la majorité des jeunes à Madagascar, notamment pour leur insertion dans le monde du travail, des solutions rapides et pérennes s’imposent afin de transformer leurs idées d’entreprise en opportunité et ce, dans le but d’impulser un réel développement économique à travers tout Madagascar.

En effet, il est ressorti de statistiques officielles que 70% des chômeurs à Madagascar sont des jeunes. Dans la Grande Ile, 400 000 à 500 000 jeunes débarquent sur le marché du travail mais malheureusement, le contexte politico-économique actuel du pays rend leur insertion professionnelle très difficile.

Pour ce faire, il est créé un Programme National de l’Entrepreneuriat dit « Fihariana » doté d’un Fonds d’appui à hauteur de 200 000 000 000 Ariary (deux cent milliards d’Ariary) octroyés par des partenaires financiers telle la Société Nationale de Participations (SONAPAR). Par ailleurs, ce Fonds travaillera avec les établissements bancaires et les institutions de microfinance pour consentir aux jeunes promoteurs de projets des prêts remboursables à des taux bonifiés, mais également des crédits-bails. D’autres partenaires se chargeront de la sélection, de l’accompagnement, de l’encadrement et de la formation de ces jeunes porteurs de femme, porteurs de projets innovants. Il s’adresse également aux jeunes qui veulent étendre leurs activités. Le programme financera entre autres des activités dans les secteurs suivants : l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, les petites industries et toutes autres activités créatrices de richesses sur l’ensemble du territoire malgache.

Ensuite, tout projet devra répondre aux critères suivants : être générateur de revenus, s’assurer de créer une entreprise formelle, être créateur d’emplois, être soumis aux obligations fiscales et participer à la réduction de l’exode rural.

Il est important de rappeler que ce programme « Fihariana » s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat par la création d’emplois décents, la promotion des femmes et des jeunes et l’émergence de petites industries. La structure qui aura la charge de mettre en œuvre le projet sera créée ultérieurement par voie réglementaire »