Les marques de maquillage malgaches font leurs débuts en mode startup

modèle utilisé pour illustrer cet article

Pour voir ce contenu, acceptez les cookies

Lorsque vous vous dites que « tout est encore à construire » à Madagascar, vous pouvez prendre cela de deux manières différentes : négativement ou positivement.

Si vous êtes négatif, vous vous direz que vous vivez dans l’un des pays les moins avancés au mode (Madagascar est dans le Top 5 mondial de la pauvreté). Si vous êtes positif ou optimiste, vous verrez que dans chaque domaine à Madagascar, il y a un besoin à combler. Et pour les startupers, c’est une bonne chose, car cela signifie qu’il y a donc encore des opportunités.

Pour voir ce contenu, acceptez les cookies

Dans le domaine cosmétique, quelques jeunes commencent à réaliser cela et en moins de 12 mois, 3 marques de maquillages malgaches ont été lancées, dont une qui est déjà opérationnelle.

L’une de ces marques est « CHRISCY MADAGASCAR ». Palette, Lipstick, Eye linner, Eyebrows kit, Eyelashes, Blush, … tous semble déjà prêt pour un lancement. Et en lançant un petit jeu concours sur Facebook, la créatrice de CHRISCY a même déjà réussi à se faire un petit buzz. Pour le moment, les produits sont « fabriqués à l’étranger pour justement suivre les normes internationales », la jeune Malgache derrière cette idée « espère un jour que la marque possèdera son usine de fabrication sur Madagascar ».

Pour voir ce contenu, acceptez les cookies

Sinon, Madagascar a également été représenté par une autre marque de cosmétique lors d’un événement sur l’entrepreneuriat à la Station F à Paris. Il s’agit de NyAhy, une gamme spécialisée peaux métissées qui a été créée lors d’un Startup Week End à Antananarivo.

Pour voir ce contenu, acceptez les cookies

Et si vous êtes du genre impatient, vous pouvez déjà commander les rouges à lèvre bio de Soanala. Cette jeune pousse malgache mise quant à elle sur l’absence de « produits chimique » et sur le « 100 % » naturelle. Selon la créatrice, l’idée lui serait venue lorsqu’elle a découvert que ce genre de produit n’existe pas encore dans la Grande Île, malgré l’abondance de manières premières.

Pour voir ce contenu, acceptez les cookies