Félicitations ! Si vous vivez à Madagascar, vous vivez dans le 123ème pays le moins corrompu parmi les 168 qui ont été étudiés par l’organisation Transparency International en 2015.

Chaque année, l’organisation calcule l’Indice de perception de la corruption de chaque pays pour l’année précédente, grâce auquel il établit son classement. Plus le score est élevé, moins un pays est corrompu.

Et cette année, Madagascar a été classé 123ème pays le moins corrompu sur 168, avec un score de 28 points.

Madagascar Corruption

Certains pourraient croire (ou faire croire) que le pays a progressé en termes de lutte contre la corruption étant donné que Madagascar a progressé au niveau du classement (selon le rapport pour l’année 2013, Madagascar était au le 127ème pays le moins corrompu et en 2014, qu’en 2014, il a été classé 133ème).

Mais lorsqu’on se penche sur l’évolution du score de Madagascar sur les rapports qui se sont succédés, on remarque que celui-ci est resté à 28 points depuis 2013, alors que le score de 2012 était de 32 points. Cela suggère qu’une hausse de la corruption a été observée en 2013 et que depuis, aucun effort n’a payé (ou n’a été fait).

Madagascar Corruptiona

Les exemples à suivre sont les pays nordiques, puisque les trois pays les moins corrompus en 2015 étaient le Danemark, la Finlande et la Suède. Les pires élèves sont la Somalie, la Corée du Nord et l’Afghanistan.

Les pays qui ont eu le même score que Madagascar (28 points) en 2015 sont le Timor Oriental, le Liban, le Kirghizstan, le Kazakhstan, le Guatemala et la Gambie.

Il ne reste plus qu’à espérer que le pays au moins revienne aux 32 points de 2012 cette année 2016.

Qu’est-ce que l’Indice de perception de la corruption (IPC) ?

« L’IPC note et classe les pays/territoires en fonction du degré de corruption perçue dans le secteur public d’un pays. Il s’agit d’un indice composite, une combinaison de sondages et d’évaluations de la corruption collectés par diverses institutions réputées. L’IPC est l’indicateur de la corruption le plus largement utilisé à travers le monde. » – Transparency International

LEAVE A REPLY