La prochaine fois qu’on vous fera des reproches à cause de votre consommation de chocolat (si votre chocolat vient de Madagascar), vous pourrez répondre fièrement que vous êtes en train de participer à la conservation des lémuriens endémiques de la Grande Île.

Les plantations de cacao génèrent des emplois, contribuent au PIB, mais aussi à la conservation des lémuriens. C’est ce qu’indique Sarah Shah, directrice marketing de la société Madécasse, qui exporte du chocolat malgache aux Etats-Unis.

« 90 % des plantes et des animaux de Madagascar sont endémiques, mais on a coupé tellement d’arbres et les espèces sont en train de mourir », explique-t-elle, citée par Food and Wine. « Ce que nous avons découvert, c’est que depuis que nous travaillons avec les fermiers pour planter plus et pour reboiser dans les zones victimes de la déforestation, nous avons également créé un habitat naturel pour les espèces menacées ».

L’année dernière, un anthropologue malgache avait tiré la sonnette d’alarme en indiquant que d’ici quelques décennies, Madagascar pourrait perdre ses lémuriens endémiques à cause de la déforestation.

Il semblerait que certains de ceux-ci aient trouvé refuge dans les plantations de Madécasse. Selon Food & Wine, la société a même réalisé une étude avec le Zoo de Bristol et Conservation International, ce qui a permis de démontrer que plusieurs espèces de lémuriens vivent dans les endroits où son cacao est produit.

Et le plus beau, c’est que les fermiers ne semblent avoir aucun problème avec la présence de ces primates, indique l’étude. En réalité, ces animaux disperseraient les semences et serviraient même de pesticides naturels en mangeant les insectes.

Espérons que les autres plantations de cacao aient des impacts similaires, surtout que le chocolat de Madagascar est réputé pour être l’un des meilleurs du monde.

Il y a quelques jours, d’ailleurs, la Chocolaterie Robert, une autre société, a remporté la Golden Bean Award 2017 à Londres.

(Source)