Donald Trump vient-il de nous traiter de « pays de merde » ?

0

C’est l’information brûlante du jour. Selon le Washington Post, le New York Times et CNN, le président des Etats-Unis aurait qualifié plusieurs pays, dont des pays d’Afrique, de « pays de merde ». Trump discutait avec des législateur sur la question de l’immigration et lors de la réunion, il aurait demandé : « Pourquoi voulons-nous que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? ».

Le président Trump est devenu frustré par les législateurs jeudi dans le bureau ovale quand ils ont discuté de la protection des immigrants d’Haïti, du Salvador et des pays africains dans le cadre d’un accord d’immigration bipartite, selon plusieurs personnes informées de la réunion. – Le Washington Post

Le président Trump a rejeté jeudi un accord d’immigration qui inclurait des protections pour les personnes d’Haïti et de certains pays d’Afrique, exigeant de savoir à une réunion de la Maison Blanche pourquoi il devrait accepter les immigrants des « pays de merde » plutôt que des gens d’endroits comme la Norvège. – Le New York Times

Trump était en train de négocier avec des sénateurs démocrate et républicains afin de trouver un accord concernant le DACA et la situation d’immigrés arrivés enfants aux Etats-Unis. Il serait prêt à faire des concessions, si son mur est approuvé et si le pays arrête d’attribuer des cartes vertes par loterie.

Des propos qui ont immédiatement provoqué une pluie de réactions en Afrique

Au Botswana, le gouvernement n’a pas cessé de tweeter, demandant des explications et convoquant même l’ambassadeur des Etats-Unis.

Dans ce communiqué, le gouvernement du Botswana demande officiellement au pays s’il figure parmi ces « pays de merde ».

Quant à l’Union Africaine, elle a publié ce communiqué, relayé par Libération :

«Ce n’est selon moi pas seulement blessant pour les gens d’origine africaine aux Etats-Unis, mais aussi pour les citoyens africains», a déclaré à l’AFP Ebba Kalondo, porte-parole du président de la Commission de l’UA Moussa Faki. «C’est d’autant plus blessant compte tenu de la réalité historique du nombre d’Africains qui sont arrivés aux Etats-Unis comme esclaves».

L’ONU a quant à lui jugé ces propos honteux et racistes.

Démenti ?

« Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain », a souligné un porte-parole de l’exécutif américain, Raj Shah, dans un communiqué. « Comme d’autres nations ayant une immigration fondée sur le mérite, le président Trump se bat pour des solutions durables qui renforcent notre pays en accueillant ceux qui contribuent à notre société, font croître notre économie et s’assimilent à notre grande nation ».

De son côté, Donald Trump dément avoir utilisé le terme « pays de merde » ou « shithole country ». « Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur, mais ce ne sont pas les mots utilisés », insinue-t-il.