Cette étude réalisée à Madagascar est peut-être la clé d’un bon sommeil

0
631
Suivez l'information en temps réel avec Le Blog de Madagascar !

Cela fait un moment qu’on nous met en garde contre l’usage des tablettes ou des ordinateurs avant de dormir. L’électricité ainsi que la lumière artificielle a troublé le fonctionnement du corps humain.

Lorsque nos yeux sont exposés à la lumière bleue, on secrète une hormone appelée mélatonine, qui nous tient éveillés. L’arrivée de la lumière artificielle, et des écrans, aurait perturbé nos sommeils.

«Je pense que nous pouvons présumer avec beaucoup de certitude que nos ancêtres ne veillaient pas tard la nuit en navigant sur Facebook ou en lisant des livres électroniques», a déclaré David Samson, chercheur en anthropologie évolutionniste chez Duke, une université américaine. « Ça rend le sommeil beaucoup plus difficile ».

Avec ses collègues, David Samson a mené une étude sur le sommeil des habitants de Mandena, un village reculé dans le nord-est de Madagascar où la plupart des gens vivent sans électricité.

Les chercheurs de Duke ont analysé les modèles de veille-sommeil chez 21 personnes âgées de 19 à 59 ans alors qu’elles dormaient la nuit et faisaient une sieste pendant la journée.

Capteurs« Les participants portaient des appareils analogues à la montre avec des capteurs de lumière et de mouvement intégrés qui suivaient des changements subtils dans leurs mouvements corporels et leur exposition à la lumière d’une minute à l’autre pour 292 nuits totales de données », explique l’université.

Peut-être contre toutes attentes, il s’est avéré que ces villageois dépourvus d’électricité dormaient moins que les occidentaux : 6 heures et demie de sommeil par nuit, ce qui est moins que la moyenne aux USA ou en Italie.

D’autre part, la qualité du sommeil ne serait pas meilleure, à cause du bruit et de leurs cases peu insonorisées. « Les participants se réveillaient souvent au milieu de la nuit, parfois pour utiliser la salle de bains, puis restaient debout pendant une heure ou deux avant de retourner dormir. Ils ont également passé moins de temps dans le sommeil profond et l’état de rêve connu sous le nom de sommeil paradoxal par rapport aux populations occidentales », écrit la Duke University.

Pourtant, ces participants ne se plaignent pas de leurs sommeils. Les habitants du village font une sieste de près d’une heure chaque jour, ce qui est plus élevé que la moyenne occidentale. Et surtout, d’après Samson, ils maintiennent mieux leurs routines de sommeil que les Occidentaux.

Et c’est peut-être là la clé : dormir à des heures régulières. « S’en tenir à une routine peut être tout aussi important que d’avoir une bonne nuit de sommeil », explique le chercheur.

« Les journaux, les archives et autres documents historiques suggèrent que l’idée d’avoir 7 à 9 heures de sommeil ininterrompu n’est arrivée que récemment », écrit la Duke University, qui affirme qu’avoir un sommeil ininterrompu était même la norme à l’époque préindustrielle.

Laisser une réponse