Dans le monde entier, Madagascar est réputé pour sa soie sauvage. Mais si vous aimez la rareté, c’est la soie d’araignée qui vous intéressera. En effet, il s’avère que depuis au moins un siècle on extrait également de la soie d’un type d’araignée appelé nephila. Sa particularité ? Elle tisse des toiles aux teintes dorées.

Inspiré par ce que relatent les archives, le designer Nicholas Godey et Simon Peers, historien spécialiste du textile, se sont lancé dans une drôle d’aventure : créer un vêtement en utilisant ce vieux procédé. Et ils y sont parvenus… après quatre ans de travail.

En 2009, le résultat a ébloui tout le monde, enchaînant les salles d’exposition, comme le London’s V&A Museum et l’American Museum of Natural History à New York.

La couleur dorée est unique, en plus d’être naturelle. Et selon Nicholas Godey, « la cape en elle-même est comme une cape d’invisibilité. Vous ne savez presque pas que vous la portez ».

Mais la véritable qualité de ce vêtement est le travail qu’il y a eu derrière. Pendant 4 ans, 70 personnes ont collecté les araignées, pendant qu’une douzaine de personnes s’occupaient de l’extraction avec une machine spéciale imaginée à Madagascar au XIXème siècle. Et en tout, 1,2 millions d’araignées (vivant dans les hautes terres de Madagascar) ont été utilisées. Après avoir produit 24 mètres de fil, elles étaient relâchées dans la nature.

Ecoutez Nicholas Godey et Simon Peers dans le reportage ci-dessous (en anglais)

LEAVE A REPLY