Chaque année, Madagascar commémore « l’insurrection » de 1947, et la même histoire est racontée pour ne pas oublier ceux qui, une décennie avant l’indépendance, se sont battus avec des armes rudimentaires contre la puissance coloniale française.

Cette année, nous avons décidé d’être un peu différent, en basant notre article sur les archives déclassifiées de la CIG, l’ancêtre de la CIA. Parmi les millions d’archives de l’agence américaine, on trouve en effet tout un dossier (un rapport et des revues de presse sur les événements de 1947 à Madagascar).

Dans son résumé distribué le 12 mai 1947, la CIA décrit « une révolte, constituée d’attaques simultanées sur les garnisons françaises et de dépôts d’armes sur des lieux largement séparés, qui ont eu lieu durant le week-end du 30 mars au 1er avril ». Selon le rapport, les incidents se sont focalisés à Diego-Suarez, Moramanga, Antananarivo et dans un groupe de villages côtiers du sud de l’Île.

Des liens avec le Viet Nam (qui a gagné la guerre d’Indochine contre la France) sont évoqués, mais sans implications sérieuses. Le parti communiste français aurait également été favorable au mouvement. Cependant, « il a fait marche-arrière » de peur de perdre ses places au pouvoir.

Un extrait du rapport du CIG (ancienne CIA), ci-dessous :

Aperçu sur Facebook

LEAVE A REPLY