ARCHIVE PHOTO. Quand la Princesse Royale visitait Madagascar en 1999

0
227
SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER !

Cela fait le tour de la presse malgache depuis hier : un membre de la famille royale britannique sera à Madagascar à partir d’aujourd’hui. Il s’agit de la princesse royale Anne, fille de la reine Elisabeth II.

L’arrivée la princesse, 12ème sur la ligne de succession au trône britannique a été annoncé par la Présidence de la République. Et le programme de sa visite est également disponible sur le site web de la famille royale.

Comme il s’agit d’une visite officielle, la princesse rencontrera le président de la république. Mais elle prévoit également de visiter pas mal d’endroit, dont une œuvre caritative baptisée Feedback Madagascar.

Celle-ci rappelle d’ailleurs que la princesse était déjà à Madagascar il y a 20 ans :

« Son Altesse Royale, la Princesse Royale, a d’abord visité Madagascar il y a 20 ans, quand, avec d’autres ONG, nous l’avons rencontrée à Antananarivo. (ndlr, voir la photo ci-dessous)

Nous sommes ravis d’annoncer que, avec le président de Madagascar, la princesse royale visitera un projet de la soie initié par Feedback et l’un des 41 projets de gestion communautaire des forêts avec lesquels nous travaillons.

Le projet de la soie est basé dans la forêt de Tapia, l’un des habitats les plus uniques et les plus riches en biodiversité de Madagascar. Son Altesse Royale rencontrera des tisserands dont la vie s’est améliorée de façon incommensurable; de meilleurs logements, des enfants scolarisés, de meilleures récoltes et des forêts bien gérées. Cela a inclus la replantation de 200 hectares de Tapia. Ailleurs, une grande partie de ce type de forêt est gravement dégradée, alors qu’il y a ici une flore et une faune uniques qui comprennent des aloès et des orchidées rares. »

Bien que Madagascar ait été une colonie française, la famille royale malgache semblait avoir de bonnes relations avec la Grande Bretagne avant le début de la colonisation. Dernièrement, nous sommes même tombés sur le carnet de note du premier ministre, sur lequel il apprenait l’anglais.