1947 : Ecoutez ces archives audio de Monja Jaona et Jaque Rabemananjara

0
827

Par Robin Taylor de Bamako, Mali (Flickr) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons
Par Robin Taylor de Bamako, Mali (Flickr) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons
Qui étaient les acteurs de la révolte malgache de 1947 ? Bien que ces événements soient commémorés chaque année, le jeu politique qui était derrière ceux-ci n’est pas toujours très bien expliqué à Madagascar.

Voilà pourquoi nous avons décidé, à l’occasion de la 70ème commémoration, de relayer cette émission du podcast 2000 ans d’histoire (à écouter dans sont intégralité), disponible sur YouTube. L’invité est Jean Fremigacci, historien / spécialiste de Madagascar et maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne. L’émission est également appuyée par des archives sonores.

Elle débute d’ailleurs par le discours d’un député malgache au parlement français lors du rapatriement de soldats de la Grande Île, qui se sont battus aux côtés des Alliés lors de la Seconde Guerre Mondiale. Car cette guerre coloniale est inextricablement liée à celle de 1939-1945.

L’histoire, par la suite, a été un peu oubliée, car ce sont les collaborateurs des Français qui ont hérité du pouvoir, après la décolonisation, explique l’historien.

Vers la 8ème minute, en entend également un enregistrement du poète et député MDRM Rabemananjara. Il raconte notamment la formation du parti nationalité à Paris (parce qu’on n’avait pas encore le droit de fonder de partis à Madagascar) ainsi que le serment prononcé.

A la 13ème minute, on a aussi un enregistrement de Monja Jaona, fondateur de la société secrète JINA. Plus ou moins liée au MDRM, c’est celle-ci qui aurait déclenché l’insurrection. Monja Jaona était motivé par un esprit de vengeance, car ses ancêtres ont été tués lors de l’occupation française. « Nous sommes allés en France, nous avons combattu les Allemands, défendu la France. Pourquoi ne défendrions-nous pas Madagascar ? », Entend-on.

La deuxième partie du podcast donne quant à elle quelques détails concernant la révolte et la répression par l’armée française. Jean Fremigacci évoque une violence modérée de la part des insurgés. Selon lui, ceux-ci ont, en général, épargné les femmes et les enfants. Mais du côté de l’armée française, des crimes de guerre sont évoqué.

LEAVE A REPLY