Suivez l'information en temps réel avec Le Blog de Madagascar !

En 2014, les médias avaient déjà rapporté une invasion de crapauds venimeux venus d’Asie, probablement par voie maritime, sur la côte Est de Madagascar.

Mais depuis, il semblerait que cette invasion n’ait pas cessé et l’Asian Tod (l’appellation courante de l’espèce en anglais) a visiblement pu se reproduire à grande échelle.

Dans une étude publiée sur amphibians.org et relayée par The Guardian, il est indiqué qu’actuellement, la population de ces crapauds venimeux est estimée à 4 millions, soit presque le quart de la population malgache. Et le plus inquiétant, c’est que l’asian tod est en mesure de pondre 40 000 œufs par an.

Christian Randrianantoandro, l’un des auteurs de l’étude, explique au Guardian : « Madagascar est un paradis de la vie sauvage qui abrite quelques-unes des biodiversités les plus riches de la planète. Sans une action rapide, nous prévoyons que les effets de ce crapaud seront dévastateurs [sur la biodiversité malgache ».

 

Outre le fait que ces crapauds représentent une réelle nuisance pour les populations affectées, au même titre que les sauterelles, l’asian tod secrète une toxine qui peut tuer les oiseaux, les mammifères (comme les lémuriens) et les serpents endémiques à Madagascar.

Actuellement, selon l’étude, il serait encore assez facile d’arrêter l’invasion de ce crapaud. Cependant, si on veut agir, il faut agir maintenant, car les chercheurs estiment que si ce crapaud parvient à s’établir sur le Canal des Pangalanes, il sera trop tard pour l’éradiquer et une catastrophe écologique s’en suivra.

La perte des quelques espèces endémiques qui nous restent aurait des retombées graves sur l’économie déjà vacillante de Madagascar.

A LIRE AUSSI: Voici à quoi ressemblent ces « Iles Eparses » revendiquées par Madagascar

 

Asian toad invasion of Madagascar: 2016 press release footage from Last Planet on Vimeo.

(Source)

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Ce crapaud était déjà arrivé à Madagascar depuis quelques années, mais tout le monde, sauf les scientifiques et quelques villageois, s’en moque! Il était bien connu sous le nom de « Radakaboka ». Mais croyez-moi, qu’ils vont encore envahir tout le versant est de notre grande île s’il n’y aura pas d’action d’ici peu! Et ce sera les catastrophes pour nos Parcs et Réserves qui attirent nos touristes… et imaginez la suite!

Laisser une réponse