Un expert en social media donne son avis sur la rumeur du tunnel d’Ambanidia

Cette courbe de Google Trends montre un pic soudain des requêtes sur le tunnel d’Ambanidia

Mardi, vos fils d’actualité ont été envahis par cette histoire de tunnel. Certains y ont même cru pendant un moment.

Si d’autres fake news se sont déjà propagés auparavant, la fausse information selon laquelle le tunnel d’Ambanidia se serait effondré a été particulièrement virale.

Nous avons invité Thierry Ratsizehena, co-fondateur d’Akanga 2.0 et formateur en community management (gestions des communautés sur le web) pour discuter de ce qui s’est passé ce jour-là.

D’après toi, qui sont les responsables de cette intox ?

Alors là je ne saurais te dire. Ça peut être un petit plaisantin comme on en voit chaque jour dans les groupes Facebook à Mada. Ou quelqu’un qui avait réellement intérêt à ce que les gens s’affolent car ce tunnel faisait toujours l’objet de tous les fantasmes. Dans tous les cas, on est loin des fake news pilotés depuis Moscou ou Pyongyang 😀

C’est clair. Et tu penses que c’est facile de lancer une intox comme ça à Madagascar ? Grâce aux réseaux sociaux?

Je dirai oui. La mayonnaise prend puisqu’on a deux ingrédients réunis. Primo, les Malgaches sont perméables aux rumeurs et aiment bien se nourrir des on-dit 🙂, les bruits de couloir, les « il parait que… ». Et deuxio, les réseaux sociaux (ici Facebook qui est le plus plébiscité par les Malgaches), joue juste le rôle de caisse de résonnance. Il a juste amplifié le bruit autour de l’intox.

Et qu’est-ce que le gouvernement devrait faire, selon toi, pour éviter un scénario comme celui de mardi ?

Surtout éviter de jouer à l’Etat policier, à celui qui veut punir à tout prix. Le gouvernement devrait apprendre à mieux communiquer sur ces canaux. A être plus réactif.