Stéphanie Razakaratrimo, on la connait tous comme étant une guitariste du groupe Now Mady. Mais en fait, elle ne fait pas que chanter et jouer à la guitare.

Stéphanie est une étudiante ornithologue. C’est-à dire qu’elle étudie les oiseaux dans un objectif de les conserver.

Oui les loulous ce genre d’études existent à Madagascar.

La jeune guitariste étudie le Milan royal, un rapace, depuis l’an 2011. Et depuis tout ce temps, elle l’étudie encore. Pendant deux mois elle était sur terrain pour le chercher et l’étudier dans le moyen ouest de Madagascar.

Blog de Madagascar : Qui est le milan ?

source photo : Arivola Rakotoarimasy

source photo : Arivola RakotoarimasyStéphanie Razakaratrimo: C’est un oiseau, un rapace plus précisément. Non il n’est pas endémique car on en trouve sur le grand continent africain aussi. Le rapace que Stéphanie étudie depuis 2013 se nourrit de chauve-souris et de petits oiseaux. Il semblerait que l’oiseau ne sorte qu’entre la tombée de la nuit et avant le levée du soleil. Niveau comportement, le mâle et la femelle sont actifs par exemple ils garde à tour de rôle l’œuf mais la femelle serait plus protectrice.

BDM: Combien d’œuf la femelle pond ?

SR: la femelle ne pond qu’un œuf par an

BDM: durant vos deux mois sur terrain vous avez pu dénombrer combien de Milan ?

SR: Il y a un couple par localité et j’ai pu voir 8 localités donc au totale dans le moyen ouest il y a à peu près 16 individus.

Stéphanie posant avec le rapace.

BDM : Y a t-il des conditions précises pour que le Milan vive dans un endroit précis.

SR : Jusqu’à maintenant on a pu constater que l’oiseau vit dans des lambeaux de forêts entourés de champs de culture et où il y a des points d’eau. Aussi l’eau fait son nid sur un type précis d’arbre. C’est toujours le même. Avant ce rapace était localisé à Antananarivo, à Manjakamiadana près du Rova ou il y avait des arbres mais depuis qu’il n’y en a plus les oiseaux ont disparu.

BDM: Si cet oiseau venait à disparaître de Madagascar (ce qu’on espère pas), quel serait les conséquences?

SR: Le Milan chasse les chauve-souris. S’il venait à disparaître il y aurait de plus en plus de chauve-souris. Alors que ces dernières détruisent la toiture des bâtiments comme les hôpitaux ou les EPP. Ce qui serait dommage pour ces infrastructures et la population.

BDM : ce métier est-il fait pour les femmes ?

SR : En général il y a plus d’homme que de femme ornithologue. Par contre etudier les rapaces c’est plus réservé pour les hommes car c’est très physique. Mais moi j’ai toujours voulu étudier les rapaces donc je l’ai fait.

BDM : et ta carrière dans la musique dans tout cela ?

SR : je continue toujours la guitare dans le groupe Now Mady.

 

Merci à Stephanie pour cette petite heure autour d’un burger !