Le peuplement de Madagascar est un mystère qui titille la curiosité de nombreux scientifiques et dernièrement, l’histoire de ce peuplement a même conduit une Malgache vivant en Amérique du Nord à faire un test d’ADN afin de savoir si elle est africaine ou asiatique (résultat : les deux à la fois).

Une recherche plus poussée a été faite par un groupe de scientifiques malgaches, français, allemands, indonésiens, et australiens.

Publiée sur « Proceedings of the National Academy of Science of the United States of America », l’étude concerne des prélèvements effectués sur 2 700 personnes vivant dans 257 villages à travers Madagascar.

« Toutes les analyses convergent ainsi sur deux ascendances principales pour l’ensemble de la population malgache, à savoir Bantou du sud-est de l’Afrique et des Austronésiens d’Indonésie (en particulier au sud de Bornéo), avec une contribution très limitée d’Europe et du Moyen-Orient », lit-on dans les résultats.

Comme l’explique Phys.org, les contributions des Africains et des Asiatiques sont plus ou moins égales.

Cependant, selon les zones géographiques, les proportions peuvent varier.

Ces résultats suggèrent également que ce sont les Austronésiens qui se seraient installés les premiers à Madagascar.

« Les premières dates de mélange sont d’environ 800 y BP sur la côte orientale de Madagascar, ce qui suggère que le sud-est était déjà colonisé par des Austronesiens (hommes et femmes) avant l’arrivée des Africains (principalement des hommes) », lit-on.

Si les origines Austronésiennes et Africaines des Malgaches étaient déjà connues, cette nouvelle étude donne plus de détails. « De nombreuses théories ont été proposées pour expliquer l’origine de la diversité humaine observée à Madagascar. Bien que les études historiques, linguistiques, ethnographiques, archéologiques et génétiques confirment les deux influences africaines et asiatiques, il n’y a pas de consensus sur la façon dont, où et quand les deux mondes ont rencontré et fusionné », lit-on au début de l’article de PNAS.