« Notre rêve, c’est de devenir de vrais musiciens… »

0
22

(Popmuse) Hasaramanitr’i Gasikara, ou Joie de Madagascar. C’est ainsi que se nomme ce groupe d’enfants musiciens ambulants qui jouent dans les quartiers d’Antananarivo. Ils provoquent un attroupement d’amateurs de bonne mélodie et du style Gasy Gasy quand ils jouent dans les rues de la capitale. Ces gamins n’ont jamais mis un seul pied dans des écoles de musique et n’ont ni manager ni producteurs et pourtant, ils incarnent un certain degré de professionnalisme que quelques « grands artistes » malagasy ont tout intérêt à assimiler.

 hasaramanitri-gasikara-popmuse

Lola, le plus âgé est également le leader de la bande et joue de la flute, comme Sarobidyégalement, pour le reste Hery Kely et Jeremy  s’occupent des percussions et Nantenaina, le petit poucet du groupe est apprenti flûtier. Lola et sa bande jouent très bien le Vakodrazana malgré leurs très jeunes âges. En fait, leurs musiques sont plus subtiles que du Vakodrazana, un de ces nouveaux genres où l’on mélange un rythmique particulier à la mode au genre traditionnel malagasy.

Ces petits gars viennent des quartiers d’ Andavamamba Anjezika II ; « On ne nous a rien appris sur la musique, en fait, on a grandi dans ce monde et la musique chez nous, c’est de père en fils », raconte Lola avant d’ajouter « nous aimons vraiment ce que nous faisons, et puis nous aidons le foyer avec ce que nous gagnons dans les rues. » Et effectivement, ils savent de quoi ils parlent, car ils conçoivent eux même leurs instruments.

Notre rêve, un jour, c’est de devenir de vrais musiciens qui enregistrent dans les studios et passent à la télé et à la radio. Nous aimerions également jouer dans de vraies scènes confient-ils. Si vous les croisez dans les rues de Tanà, n’oubliez pas de leur offrir un petit quelque chose.

Laisser une réponse