LOMAY lance enfin la version complète de son jeu de course Gazkar

0
370

Ce samedi 8 mars est peut-être l’un des actes fondateurs du made in Madagascar dans le domaine du jeu vidéo.

Bien que de très nombreux jeux développés à Madagascar sont déjà disponibles sur la toile, Gazkar a été particulièrement attendu puisqu’il s’agit du premier jeu de course de ce calibre sorti dans la Grande Île : deux ans de développement, 12 employés, et de la 3D en mesure de rivaliser avec les titres internationaux mais conçue pour être supportée par les smartphones populaires dans les pays émergents.

Pour ceux qui n’ont pas suivi, il s’agit d’un jeu de course avec des environnements qui recréent Antananatrivo.

Sur Gazkar, on peut rouler comme un malade à Tana sans faire de blessés. Les joueurs malgaches en ont rêvé toutes leurs vies et c’est enfin arrivé.

La démo a été lancée l’année dernière. Depuis, celle-ci a été téléchargée au moins 10 000 fois sur le site web officiel, sans compter les installations qui ont été faites via des transferts de fichiers APK entre joueurs.

Les 3 quarts de ces téléchargements se sont faits à Madagascar. Le reste en France et aux USA.

Ce samedi, LOMAY a lancé la version complète, lors d’un événement organisé à Antananarivo. Les gamers s’y sont rués afin de faire partie des premiers early adopters à obtenir une copie de Gazkar sur leurs smartphones, ainsi que pour participer à un tournoi d’e-sport organisé le même jour.

Après cette disponibilité en avant-première, le jeu arrivera sur le Play Store d’Android (dans une semaine).

Lors de sa keynote, le co-fondateur de LOMAY, Mathieu Rabehaja, a également donné une idée du modèle économique de Gazkar.

Comme la plupart des développeurs, la société adopte le modèle free-to-play. Ce qui signifie que tout le monde peut jouer gratuitement, mais que les joueurs pourront acheter des biens virtuels afin d’améliorer l’expérience de jeu.

Gazkar a en tout cas galvanisé toute la sphère du jeu vidéo dans la Grande Île.

« Ça fait plaisir de voir d’autre jeux développés à Madagascar et de les voir arriver jusqu’à cette étape. Beaucoup de jeux sont développés ici mais tous ne parviennent pas jusqu’au bout », nous confie Hery Zo Rakotondramanana, gérant de Nelli Studio, la société qui a numérisé le fanorona dans un jeu vidéo mobile.

« Pour moi, Gazkar est un précurseur qui a ouvert le chemin, un projet qui va permettre à tous les jeunes passionnés de jeu vidéo de croire en leurs propres rêves. Et de ne pas laisser ce rêve rester un rêve, déclare quant à elle Dina Valisoa Ratsisetraina, la présidente de l’association malagasy de l’e-sport. Gazkar nous a prouvé que les malgaches avaient un besoin pour ce genre de produit vita malagasy, que des entreprises et des investisseurs pouvaient considérer et s’intéresser à ce secteur. L’industrie du jeu video malgache a certes beaucoup de chemin à faire encore, mais en tout cas un chemin que Gazkar a commencé à déblayer, j’espère que ce jeu inspirera de nombreux autres projets du genre, on en a besoin ».

LEAVE A REPLY