Femme silouhette pixabay

Tout le monde sait que même si des lois (qui ne sont pas toujours correctement appliquées) ont été votées, la prostitution des mineurs demeure l’un des fléaux qui touchent la population malgache et aussi l’un des signes de l’extrême pauvreté de celle-ci. Cependant, les nouvelles statistiques de l’UNICEF vont peut-être vous choquer.

Selon une étude menée par l’organisation, « 14 % des filles de 15 à 19 ans sont victimes des violences sexuelles à Madagascar. Dans les sites touristiques, l’exploitation sexuelle reste une problématique majeure ; selon une étude menée par l’UNICEF dans deux sites touristiques et miniers de Madagascar, 16% des enfants avaient subi un premier rapport sexuel contraint. Dans la ville de Nosy Be, 40% des premières relations sexuelles des jeunes filles enquêtées ont eu lieu dans le milieu de la prostitution ».

Ces statistiques s’ajoutent aux données d’Amnesty International qui affirmait en 2010 que 30 à 50 % des personnes « en situation de prostitution » sur la Grande Île étaient des mineures de Toamasina et de Nosy Be. Une étude de l’ONG ECPAT France en 2012 a également indiqué qu’en moyenne, les filles commencent à se prostituer entre 13 et 15 ans.

1 COMMENT

  1. malheureusement dans beaucoup de pays pauvres c’est ce qui est constaté
    beaucoup de personnes n’ont que ce moyen pour survivre »la prostitution »
    car en plus d’etre pauvres beaucoup n’ont pas frequenter les ecoles
    et meme pour aller a l’ecole il faut avoir de l’argent
    et les autoritées en place pensent plus a leur ventres qu’a leur responsabilitée
    et le pire dans tout ça c’est les touristes qui en profitent car c’est tout de meme eux les principaux responsables

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here