La gendarmerie malgache ne va pas aimer le nouveau rapport d’Amnesty International

1
86

« Les forces de sécurité ont continué à se livrer à des exécutions extrajudiciaires dans le sud du pays, dans le contexte de la lutte contre le vol de bétail, avec une impunité quasi totale. Des journalistes, des étudiants et des militants écologistes, entre autres, ont été victimes de harcèlement et d’actes d’intimidation. Certains ont été condamnés à des peines d’emprisonnement ». Voilà, en résumé, ce que dit Amnesty International sur Madagascar dans son rapport 2015/2016.

[toggle]L’organisme de protection des droits humains y évoque les exécutions extrajudiciaires présumées menées par les forces de l’ordre dans le Sud dans le cadre de la lutte contre les vols de zébus, le fait que « des militants écologistes risquaient la prison pour avoir critiqué l’exploitation de certaines ressources naturelles », le fait que « que 47 % des enfants de moins de cinq ans souffraient de malnutrition chronique » ainsi que les mauvaises conditions carcérales dans le pays.

Mais ce n’est pas tout. Dans ce rapport, Amnesty International évoque également l’arrestation très musclée d’un étudiant gréviste le 31 août 2015 dans un paragraphe intitulé « Recours excessif à la force ».

Selon Amensty International :

« Le 31 août, la gendarmerie a utilisé la force de manière excessive pour disperser une manifestation d’étudiants à l’université d’Ankatso dans la capitale, Antananarivo. Jean-Pierre Randrianamboarina, dirigeant d’un mouvement étudiant, a été passé à tabac et a souffert de multiples blessures. Déclaré coupable, notamment, d’incitation à des troubles à l’ordre public et au renversement du gouvernement, il a été condamné en septembre à six mois de prison avec sursis. »

Le tout a été filmé par les médias et quelques mobinautes. Mais ne regardez pas la vidéo si vous êtes une âme sensible…

(Nous n’inventons rien, le rapport est ici)[/toggle]

1 COMMENT

LEAVE A REPLY