SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER !

By Pablo Tupin-Noriega (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons
By Pablo Tupin-Noriega (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons
L’Afrique francophone observe de près chaque candidat de la course à l’Elysée. En effet, bien qu’il s’agisse d’une élection française, elle pourrait (à l’instar des élections américaines) avoir des conséquences en dehors de leurs frontières.

Marine Le Pen a par exemple indiqué qu’elle veut mettre fin à la double nationalité « extra-européenne ». Une décision (si elle est réalisable) qui contraindrait les franco-africains à choisir entre la nationalité française et celle de leur pays d’origine.

François Fillon, le candidat de droite, s’est quant à lui déjà exprimé sur la colonisation durant sa campagne. Pour lui, « Non, La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord ».

Des propos auxquels le Président de Madagascar a réagi avec ces mots : « Sur la colonisation, il faudrait demander le fond de sa pensée à François Fillon parce que cela m’intéresserait… ».

En tout cas, l’autre candidat favori, Emmanuel Macron, ne partage pas le point de vue de son adversaire de droite. « Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l’émergence d’un État, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie », avait-t-il déclaré lors d’une interview avec le Point. Mais dernièrement, lors d’une interview avec une chaîne algérienne, il a rectifié ses propos.

« Je ne parlais pas que de l’Algérie. […] Il ne faut absolument pas lire mes propos comme des éléments qui nient le fait de la colonisation et sa barbarie. Si certains l’ont lu comme tels, je m’en excuse auprès d’eux », déclare-t-il.

« Je pense qu’il est inadmissible de faire la glorification de la colonisation. Certain ont voulu faire cela en France, il y a dix ans. Jamais vous ne m’entendrez tenir ce genre de propos », ajoute le candidat à la présidentielle. « J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie. […] La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité. »

« La France a installé les droits de l’Homme en Algérie, mais elle a oublié de les lire. […] Tout en reconnaissant ce crime, je ne veux pas qu’on tombe dans la culture de la culpabilisation sur laquelle on ne construit rien », explique-t-il plus tard.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here