« Je ne veux pas vivre dans le secret: j’ai eu la peste et maintenant je suis guérie »

0
984
SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER !
The railway station of Toamasina (Tamatave), Madagascar. Auteur : Pierre-Yves Babelon

Alors que l’épidémie de peste continue de tuer des personnes à Madagascar, les cas de guérison sont également nombreux.

Malheureusement, même guéries, les personnes touchées peuvent parfois se sentir exclues, comme le montre ce témoignage partagé par la page Facebook de Médecins sans Frontières Belgique.

« Ca faisait 5 jours que j’étais vraiment fatiguée. J’avais des douleurs partout, mal à la tête et à la poitrine… Je pensais que je souffrais d’une angine jusqu’à ce que je crache du sang. Comme j’avais suivi une formation sur la peste, je me suis rendue à l’hôpital de Tamatave pour passer quelques examens. J’étais clairement un cas suspect et ils m’ont confirmé que j’avais contracté la maladie. On m’a fait une injection et je suis restée à l’hôpital. Ma famille était paniquée. À partir du 2e jour, les symptômes ont commencé à disparaître et comme je me sentais mieux, j’ai aidé le personnel médical même si je récupérais toujours. Il y avait beaucoup de patients, beaucoup de cas de peste la première semaine de l’épidémie, mais maintenant ça a ralenti. Le personnel médical m’a conseillé de prendre deux semaines de repos, mais je ne sais pas si ma famille est prête à me voir rentrer. Ils disent qu’ils le sont mais je sens bien qu’ils ont peur de moi. Je préfère donc rester à l’écart pour les laisser en paix. Je me sens bien. Je ne veux pas vivre dans le secret: j’ai eu la peste et maintenant je suis guérie ».

Témoignage de Innocente, 33 ans, médecin dans un hôpital à 45 km de la ville malgache de Tamatave, l’un des plus grands foyers de cas de peste pulmonaire dans le pays.