Les bas-quartiers d’Antananarivo, on en parle souvent, surtout lors des soulèvements populaires comme en 2009. Mais peu d’entre vous ont osé s’y aventurer un jour.

Moi, si !

Ce que j’ai vu, outre la misère, ce sont les tonnes de déchets que les riverains essaient de vendre tant bien que mal. Des piles de bouteilles plastiques, de coques de téléphones irrécupérables, les pièces de voiture jetées, des radios mortes ou encore des carcasses de voitures.

Vous ne le saviez pas ? Derrière les bâtiments plus ou moins modernes d’Andavamaba et d’Ampefiloha, sur les bords du canal d’évacuation des eaux usées, il y a tout un marché de la récup.

L’artiste Temandrota s’intéresse aussi à cet endroit. En fait, d’après la vidéo ci-dessous, c’est là-bas qu’il récupère des matériaux (des déchets) pour les donner une seconde vie, sous forme d’œuvre d’art. Pour lui, il s’agit d’une caverne d’Alibaba.

Et bientôt, ces déchets transformés en œuvres d’art seront exposés à Paris !

Dans cette seconde vidéo, Temandrota nous emmène voyager dans le sud de Madagascar, d’où il est originaire. Une autre facette de la Grande Île, un endroit où les traditions sont restées malgré la mondialisation et l’arrivée de la culture occidentale…

Sinon, si la vidéo vous rappelle quelque chose, c’est normal. La chaîne Vimeo qui l’a mise en ligne est la même qui avait publié le clip « Madagascar » de Caylah en 2016.