Le marché de la vanille, dont dépend plusieurs secteurs comme la cosmétique et l’agroalimentaire, risque de connaitre un long moment difficile. Le passage du cyclone ENAWO a particulièrement touché les régions qui en produisent à Madagascar.

Pourtant, celles-ci sont derrière 80 à 85 % de la production mondiale, d’après le Financial Times.

Cité par ce média économique, un responsable de Nielsen Massey évoque un prix du kilo négocié à 600 dollars.

« Les stocks ont déjà été épuisés, et maintenant nous avons les dommages causés par le cyclone », indique-t-il.

Les prix avaient déjà commencé à monter l’année dernière. Le kilo est passé de 100 dollars en 2015 à 400-450 dollars au début de l’année. Le cyclone ENAWO a aggravé la situation.

Et selon le patron de la société agroalimentaire McCormick, Lawrence Kurzius, toujours cité par le Financial Times, le prix du kilo de vanille va rester élevé jusqu’en 2018.

Contrairement à d’autres plantes, la vanille a besoin de 3 ans pour produire des gousses.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here