Elle a trouvé un moyen d’allier high-tech et artisanat malgache

0
145
La fondatrice de Nomad
Jessica Rakotoarisoa / Source : Nomad sur Facebook

Lorsque vous pensez à Madagascar, vous pensez aux beaux paysages, aux lémuriens, aux plages et à la pauvreté (l’extrême pauvreté). Tout cela éclipse une jeunesse prometteuse, une génération Y de startupers et startupeuses qui veut casser les codes, changer le monde et tout disrupter. Dans la tech, la plupart des projets des start-ups malgaches sont dématérialisés (puisque c’est moins coûteux). Mais Jessica Rakotoarisoa, quant à elle, a décidé de faire du hardware : un sac qui charge les smartphones.

Vous pensez qu’il est impossible d’allier artisanat (l’art malagasy) et nouvelles technologies ? Vous vous trompez. Le sac de Nomad, la marque de Jessica Rakotoarisoa, intègre un panneau solaire grâce auquel il est possible de charger les appareils électroniques (qui sont de plus en plus nombreux à l’ère des wearable). Mais surtout, ils reprennent les codes visuels de l’artisanat malgache. Selon la jeune entrepreneuse, tous les matériaux viennent de Mada, excepté le dispositif de recharge (qui est tout de même assemblé dans la Grande île).

Sac solaire de Nomad
Source : Nomad sur Facebook

En tout cas, l’idée tombe au bon moment. En effet, alors que nos vies dépendent de plus en plus de nos smartphones (e-mails, banque, parking, etc.), les constructeurs n’ont toujours pas trouvé un moyen concret d’augmenter l’autonomie de leurs produits. Et à l’ère du numérique, trouver une prise pour charger son téléphone est devenu un problème quotidien… Outre la petite leçon d’entrepreneuriat, le Blog de Madagascar y voit aussi une morale : au lieu de considérer la technologie comme un ennemi des (bonnes) traditions, utilisons-la pour montrer au monde qui nous sommes.

LEAVE A REPLY