A début de l’année, on croyait encore en la relance. Le site américain Business Insider plaçait même Madagascar dans la liste des pays à visiter en 2016 et disait du pays que « 2016 récolte les fruits de la stabilisation politique récente, avec l’amélioration des infrastructures et de la conservation ».

Mais aujourd’hui, les choses s’assombrissent progressivement. En janvier, le rapport de Transparency International avait indiqué que Madagascar n’a pas progressé en termes de lutte contre la corruption. Les scandales concernant les exploitations illégales de ressources naturelles s’enchaînent et dernièrement, il y eu la procédure de nomination du nouveau gouvernement qui est loin de faire l’unanimité. Amnesty International a également taclé les forces de l’ordre à cause des méthodes employées par celles-ci.

Par ailleurs, la firme britannique AON, l’un des acteurs majeurs de la gestion des risques, du courtage d’assurance et de réassurance, met la cerise sur le gâteau. Celle-ci a récemment publié son rapport sur les risques politiques dans le monde et force est d’admettre qu’en ce qui concerne Madagascar, il est loin d’être élogieux. « Madagascar a des niveaux élevés de risque politique dans tous les domaines clés, ce qui reflète une faiblesse générale de l’efficacité du gouvernement », lit-on sur le site d’AON.

Mada aon

Cette dernière place Madagascar parmi les pays à risques politiques élevés, un statut qui fera certainement réfléchir les investisseurs à deux fois avant de miser sur notre pays. Les détails sur la carte (extrait) ci-dessous.

Madagascar Map

La seule vraie bonne nouvelle est peut-être que Madagascar a aboli la peine de mort en 2015.

PARTAGER

Laisser une réponse