Regroupés au sein de l’association Autisme Madagascar, ces jeunes travaillent bénévolement pour changer le monde.

Car si le combat n’est pas encore gagné dans le monde, celui-ci demande encore plus de courage dans la Grande Île.

Outre le manque de prise en charge pour les personnes affectées (les médecins sont encore à former), Autisme Madagascar doit également lutter contre les idées reçues.

Dans un pays où la religion a une place un peu trop importante, tout ce qui est différent fait souvent peur.

« A Madagascar, tout ce qui n’est pas connu est l’oeuvre du diable… », Confie Mbolatiana Raveloarimisa, présidente d’Autisme Madagascar, à RFI.

Il y a quelques années, lors d’un TED, elle avait déjà évoqué ce problème d’incompréhension qui requiert un important travail de sensibilisation.

Mbolatiana est directement concernée, puisque ses deux enfants sont autistes. Son association, qui regroupe 120 bénévoles, milite pour une meilleure prise en charge des autistes mais également pour une vraie inclusion.

« La majorité d’entre eux n’ont ni famille, ni parent ni même une connaissance qui soit autiste », écrit-elle sur son blog. « Ils sont actuellement 120 à avoir fait un engagement envers eux-mêmes de faire chaque jour un petit geste pour aider ces bambins atteints d’autisme et leurs familles ».

Le 2 avril, journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme, l’association a organisé une conférence à Antananarivo. Une occasion pour sensibiliser, mais également pour aider les parents d’enfants autistes.

Dans la salle, l’un de ceux-ci a par exemple demandé où on peut trouver des éducateurs spécialisés à Antananarivo. Un autre a posé une question concernant la Dépakine, un médicament pour l’épilepsie qui fait polémique en Europe, mais qui serait pourtant prescrit par des médecins aux enfants autistes à Madagascar.

Etre autiste, c’est juste être différent !

La différence est très difficile à accepter à Madagascar.

Pourtant, dans certains pays, on commence à valoriser celle-ci. Il y a des facultés chez les autistes que l’on ne trouve pas chez les gens « normaux ».

C’est le cas des autistes concernés par le syndrome d’Asperger. En informatique, ceux qui ont ce syndrome coderaient deux fois plus vite que les autres personnes en raison d’une force de concentration très élevée.

En France, une société baptisée Auticonsult recrute justement des autistes en raison de ces facultés et les envoie comme consultants chez des sociétés comme EDF.

https://twitter.com/cometscontrol/status/848506459570802688

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here