7 raisons pour lesquelles les Malgaches retournent les morts

0
2125

Nous sommes dedans : la période des Famadihana. Il suffit de sortir d’Antananarivo pour voir des petits drapeaux malgaches hissés sur les maisons, et de la musique à fond qui accompagne les festivités. Cela signale aux passants que la maison est en plein Famadihana.

Ailleurs, on appelle ce rituel malgache retournement des morts. Si dans d’autres cultures cultures, on laisse les morts « reposer en paix », dans certaines parties de Madagascar, on les sort du tombeau et on les couvre avec de nouveaux linceuls.

Les rituels peuvent varier d’une région à l’autre de la Grande Île. Les motivations aussi. Perso, jouer avec des morts ne m’enthousiasme pas forcément. Mais comme c’est notre tradition, notre culture, je suis à 100 % pour le Famadihana.

Sinon, en discutant avec les gens, j’ai découvert 7 raisons pour lesquelles ils le font.

#1 Pour faire un vœu

A la base, même si beaucoup de personnes qui font le Famadihana n’y croient plus, les ancêtres ont un pouvoir d’intercession avec Dieu. C’est en tout cas ce que rappelle Mahery Andiranahaga, historien, dans une interview avec RFI.

#2 Ils ont froid

Une autre théorie, c’est qu’il fait froid dans la tombe et il faut recouvrir ses parents, ses grands-parents ou arrières grands-parents. Sinon, ils pourraient venir hanter pour demander un nouveau linceul. C’est en tout cas ce que véhiculent certains contes et légendes.

#3 La mémoire

Tout simplement parce que sans ces ancêtres, on n’existerait pas.

#4 La fête

Quand les vivants et les morts se séparent, on est triste. Lors du Famadihana, on les « revoit » mais cette fois-ci pour faire la fête. Pour certains, c’est peut-être aussi un moyen d’oublier définitivement le deuil et le chagrin.

#5 Revoir la famille

Pour certains, ce n’est pas le rituel qui est important, mais le fait que toute la famille soit réunie au bled.

#6 L’alcool et la bouffe

Ne l’oublions pas, un Famadihana, c’est parfois plusieurs jours de festivités et de beuverie. (Famadihana is the new woodstock)

#7 LE PLUS IMPORTANT : le Famadihana fait partie de notre identité