13 mai 1972 : deux vidéos pour comprendre ce qui s’est passé à Madagascar

0
330

Pour la génération Y à Madagascar, le 13 mai 1972 n’est plus qu’un symbole. Cette génération, à laquelle on a omis d’enseigner les détails de l’histoire de leur pays, ne connait que les ppoints essentiels des événements de 1972 : on a renversé un président, on a incendié l’hôtel de ville et on a donné le pouvoir à l’armée.

Il s’agissait pourtant du premier soulèvement populaire à Madagascar depuis l’indépendance et aussi d’un tournant majeur de l’histoire du pays. A quoi ressemblaient leurs mouvements ? Que revendiquaient-ils ? Ces deux vidéos de l’INA vous aideront peut-être à mieux comprendre cette révolte.

Cette première vidéo est un replay de l’émission (le journal télévisé) du 19 mai. Après la première minute, vous avez un court reportage sur ce qui s’est passé à Madagascar à cette époque.

La seconde vidéo, également signée INA et intitulée « Madagascar : les raisons de la colère », est un mini-documentaire consacré à ces événements de 1972. Elle contient un extrait de la fusillade du 13 mai, lorsque la garde prétorienne de Tsiranana a tiré sur des manifestants. Sinon, une partie du contenu est à considérer avec parcimonie dans la mesure elle oppose les habitants des hauts-plateaux (qui seraient tous contre Tsiranana) et ceux des côtes (qui seraient pro-Tsiranana). Ce point de vue est biaisé. Bien que le mouvement anti-Tsiranana se soit surtout radicalisé dans la capitale, des manifestations ont également eu lieu dans d’autres villes, même côtières. D’autre part, bien avant les événements de 1972, l’un des élites du sud de la Grande Île, appelé Monja Jaona, avait déjà lancé un mouvement de contestation (également réprimé par le sang).

Aujourd’hui, le 13 mai est surtout le symbole de la colère d’un peuple démuni. Et depuis, d’autres gouvernements ont été renversé depuis cette place. Ci-dessous, vous avez également des vidéos d’archive d’Associated Press (muette mais de plus bonne qualité) sur ces événements.

PARTAGER

Laisser une réponse